Le Petit Prince

Bonjour à tous !

« Le Petit Prince » est un phénomène à lui tout seul. Pour moi, il s’agit d’un monstre sacré de mon enfance, mais un tour sur la page Wikipédia montre qu’il s’agit du deuxième livre le plus lu et le plus traduit, derrière la Bible. Alors ! Mais il y a aussi derrière une sale histoire de droits d’auteur : en effet le livre est dans le domaine public au Japon et Canada depuis 1995, dans le reste du monde (sauf la France) depuis le 1er janvier 2015, et une guerre sévit en France par les ayants-droits pour obtenir un droit perpétuel sur Le Petit Prince en déposant une marque.

Mais passons, l’heure n’est pas à la polémique, mais à la détente.

L’actualité du jour, c’est le film d’animation Le Petit Prince sorti cette année. hashtagueule revient sur le film… (Attention, SPOILERS)

Le film est construit autour du bouquin, et c’est plutôt une bonne chose. Si je devais résumer l’idée qui conduit le film, je dirais qu’il montre la réception de l’histoire du Petit Prince dans un monde imginaire.

La nouveauté, c’est donc l’univers dans lequel l’action principale se passe. Et là une bonne surprise : il s’agit d’un monde uniforme, où l’on recommande à tous « d’être essentiel », la compétition pour entrer dans l’académie de ses rêves commence beaucoup trop tôt – tous les éléments nécessaie pour un monde absurde.

trois moins bonnes surprises arrivent peu après :

  • dans la série de planètes que le petit prince visite en partant de son « Astéroïde B612 », il ne visite pas le buveur, et j’adore le dialogue qu’il y a à ce moment du livre, et ce volet de l’absurde ;
  • il ne visite pas non plus l’allumeur de révèrbères ;
  • les visites chez le roi et le businessman sont quelque peu altérées :
    • le roi n’a pas côté mi-sage où il ordonne au soleil de se coucher, mais au tempo du soleil ;
    • le businessman n’est pas seulement l’être absurde qui amasse étoile sur étoile et galaxie sur galaxie, mais il a aussi une prétention à un pouvoir tyrannique.

C’est vraiment la seule chose que je reprocherai au film. Il est très bien, a de bonnes animations, une bonne idée pour faire un film à partir du livre, mais il déforme le message du livre. Je suppose que c’était dur de résister à la tentation de faire un « grand méchant du film », qui rend l’avancement de l’action plus facile.

Au rayons des bonnes surprises, c’est un vieux papi un peu lunatique qui apporte l’histoire du Petit Prince à l’héroïne. Le scénario est vraiment classique avec la jeune fille qui est d’abord intéressée par l’histoire, puis la rejette, a des remords, et comprend le message, essaie de réunir le Petit Prince avec le vieillard, the end.

En conclusion, je dirais que Le Petit Prince est un bon film pour les enfants, et ceux qui ont réussi à le rester, qu’il a l’avantage de perpétuer l’histoire pour les plus jeunes, même si je recommande le livre (ou le PDF 😉 )

Bonne scéance, et n’hésitez pas à commenter !

Motius

 

Une réflexion sur « Le Petit Prince »

Laisser un commentaire