Archives de catégorie : Tribunes

Améliorer l’univers informatique

Bonjour à tous !

Ce post au titre ambitieux va traiter de quelques problèmes fréquents que vous avez pu rencontrer, et de leurs solutions par les gentils du net.

Les thèmes abordés seront le « logiciel libre » dans l’éducation, les « télécom » en tant qu’infrastructure, et « l’informatique » pour le commun des mortels (tout le monde sait qu’un pseudo UNIX est immortel 😉 ).

Continuer la lecture de Améliorer l’univers informatique

Le droit, la justice et internet.

Bonjour à tous !

L’épée contre le bouclier symbolise un éternel équilibre dans une guerre, mais à la fin, qui gagne ? Aujourd’hui je vous propose d’aller jeter un coup d’œil du côté d’un de nos outils favoris : l’internet, ses monts et merveilles, et le reste…

Continuer la lecture de Le droit, la justice et internet.

L’Inde menace Google d’une amende de 1,4 milliards de dollars

Bonjour à tous !

Vous vous en rendrez compte si vous ne le saviez pas, je ne suis pas un immense fan de Google. Et pourtant ceci est une des fois où je pense qu’on est injuste envers Google.

On lis chez zdnet.fr l’article en question : l’Inde accuse Google de favoriser ses propres services (ceux de Google LTD, ou de Alphabet) au sein du moteur de recherche google.com (ou google.fr, .in, etc…)

Faisant partie des « gentils du net » vous vous doutez que je préfère la décentralisation.  Et pourtant je ne vois pas de problème à ce que Google privilégie ses propres services. Tout simplement parce que google n’est pas un service public.

À cela s’ajoute une autre raison : le travail d’un moteur de recherche est de recenser les lien et de proposer des sites web en fonction d’une requête. C’est fondamentalement un annuaire intelligent de sites web. D’ailleur d’un point de vue historique c’est exactement cela qui c’est passé. On est passé d’un annuaire centralisé de tous les sites web qui était compliqué à des requêtes DNS + un moteur de recherche.

Quel que soit le point de vue permettant de justifier cette amende, il se heurte à cet argument, et il y a de facto deux poids deux mesures : si je crée mon moteur de recherche ce n’est pas grave si je mets en première page mon service de mail par exemple.

À la limite, tout site web un peu gros d’aggrégation de news et de liens externes est aussi un point de départ sur le web, la seule différence est que la recherche n’est pas automatique, et faite à petite échelle, sur une sous-partie de l’internet.

Le fond du problème pour moi se trouve donc là : on accuse google de priviliégier ses services, mais pour savoir quels services mettre en premier, il faudrait que google utilise des critères objectifs. Seulement là-dessus pourrait-on légiférer. Mais personnellement je ne veux pas d’un moteur de recherche sponsorisé par l’État. C’est d’autant plus absurde que lorsque je me rends sur google.fr, je désire la réponse de google. sinon j’irai sur yahoo.com ou bing.

Si on veut faire une analogie : c’est comme vouloir interdire que Carrefour promeuve ses produits dans son magasin, et qu’Intermarché et Auchan fassent la même chose.

Bonne journée !

Motius

TTIP vu par Wikistrike.

Bonjour tout le monde !

une news très brève et à prendre avec des pincettes.  En effet, au cours de mes tribulations sur les zinternets, je suis tombé là-dessus : un article de Wikistrike (que je ne connaissais pas) datant d’août 2015 intitulé  1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle. Je ne sais vraiment pas ce que ça vaut :

  •  en termes de crédibilité, je ne connais pas le site ;
  • de vérification des sources (c’est un sujet difficile, et les accord internationnaux sont secrets afin de laisser de la marge aux négociateurs, puis deviennent connus par les parlements (européen ici, mais ç’aurait pu être chacun des 27 parlements) et enfin publics).

La raison pour laquelle je vous en parle, c’est un paragraphe du texte (encore une fois à remettre en question, on n’est jamais trop prudent) situé vers la fin :

Parmi les grands dangers dénoncés par Stop TTIP, il y a cette mise en place de tribunaux d’arbitrages qui offriront la possibilité aux entreprises de contester des décisions gouvernementales. Toute décision collective qui entraverait le libre marché transatlantique serait susceptible d’être punie. Par exemple, si la France estime qu’il faut interdire un conservateur déterminé afin de protéger la population d’un risque sanitaire donné et que cette interdiction engendre une perte pour une multinationale, cette entreprise pourrait poursuivre l’état et exiger des dommages et intérêts.

Eh bien ça (que j’espère bien être faux) me paraît malsain.  On a toujours du mal a définir les limites de la liberté (où s’arrête ma liberté d’expression ? Je ne peux pas dire du mal d’autrui, ni dire du bien du IIIè Reich). De même je pense que la liberté d’entreprendre est une bonne chose, mais que toute entreprise n’est pas bonne et la liberté doit donc pouvoir être régulée par l’État. À partir d’ici il y a deux scénarios :

  • soit on régule sur un critère objectif (pas de CFC, etc…) ;
  • soit non (lui je l’aime pas, sa tête ne me revient pas).

Le second cas pose un problème de favoritisme ce pourquoi il est nécessaire de pouvoir contester les décisions de l’État.

Dans le cas d’un critère objectif, il existe deux sous-cas :

  • soit le critère est jugé valide par des expert en la matière ;
  • soit non.

Mais indifféremment des cas, on ne doit jamais pouvoir obtenir des dommages et intérêts de la part de l’État puisque l’État a rendu une décision (à tort ou à raison) et qu’il s’agit ainsi d’un choix de société.  Contester oui. Mais pas faire de calculs sur un éventuel manque à gagner.

 

Quoi qu’il en soit, j’espère qu’on ne verra rien de tel dans TTIP, et que sur ce point, wikistrike.com se trompait. Je sais, je fais naïf, là.

Bonne journée à vous !

Motius

 

PS : j’ai le point Godwin du jour !

PPS : oulà ! Plus long que je croyais cet article.