Archives par mot-clé : politique

[Express] Internet en France

Hier, François a vaillamment avoué qu’il avait été à l’origine le l’arrivée d’Internet en France. On l’applaudit bien fort. Franchement, il nous a bien été utile, non ? Sans lui, y aurait pas Hashtagueule par exemple. On s’ennuierait beaucoup plus, c’est moi qui vous le dit.

Alors la moindre des choses, c’est de le remercier. Je vous invite tous à le faire en lui envoyant un gentil courriel (parce que oui, du coup c’est grâce à lui les courriels) contenant vos éloges, vos plus beaux poèmes en son honneur ainsi qu’une rédaction portant sur votre journée parfaite en compagnie de François Fillon, minimum 500 mots.

P.S. : à quand des candidats politiques compétents ?

TTIP vu par Wikistrike.

Bonjour tout le monde !

une news très brève et à prendre avec des pincettes.  En effet, au cours de mes tribulations sur les zinternets, je suis tombé là-dessus : un article de Wikistrike (que je ne connaissais pas) datant d’août 2015 intitulé  1 million de signatures contre TAFTA à la poubelle. Je ne sais vraiment pas ce que ça vaut :

  •  en termes de crédibilité, je ne connais pas le site ;
  • de vérification des sources (c’est un sujet difficile, et les accord internationnaux sont secrets afin de laisser de la marge aux négociateurs, puis deviennent connus par les parlements (européen ici, mais ç’aurait pu être chacun des 27 parlements) et enfin publics).

La raison pour laquelle je vous en parle, c’est un paragraphe du texte (encore une fois à remettre en question, on n’est jamais trop prudent) situé vers la fin :

Parmi les grands dangers dénoncés par Stop TTIP, il y a cette mise en place de tribunaux d’arbitrages qui offriront la possibilité aux entreprises de contester des décisions gouvernementales. Toute décision collective qui entraverait le libre marché transatlantique serait susceptible d’être punie. Par exemple, si la France estime qu’il faut interdire un conservateur déterminé afin de protéger la population d’un risque sanitaire donné et que cette interdiction engendre une perte pour une multinationale, cette entreprise pourrait poursuivre l’état et exiger des dommages et intérêts.

Eh bien ça (que j’espère bien être faux) me paraît malsain.  On a toujours du mal a définir les limites de la liberté (où s’arrête ma liberté d’expression ? Je ne peux pas dire du mal d’autrui, ni dire du bien du IIIè Reich). De même je pense que la liberté d’entreprendre est une bonne chose, mais que toute entreprise n’est pas bonne et la liberté doit donc pouvoir être régulée par l’État. À partir d’ici il y a deux scénarios :

  • soit on régule sur un critère objectif (pas de CFC, etc…) ;
  • soit non (lui je l’aime pas, sa tête ne me revient pas).

Le second cas pose un problème de favoritisme ce pourquoi il est nécessaire de pouvoir contester les décisions de l’État.

Dans le cas d’un critère objectif, il existe deux sous-cas :

  • soit le critère est jugé valide par des expert en la matière ;
  • soit non.

Mais indifféremment des cas, on ne doit jamais pouvoir obtenir des dommages et intérêts de la part de l’État puisque l’État a rendu une décision (à tort ou à raison) et qu’il s’agit ainsi d’un choix de société.  Contester oui. Mais pas faire de calculs sur un éventuel manque à gagner.

 

Quoi qu’il en soit, j’espère qu’on ne verra rien de tel dans TTIP, et que sur ce point, wikistrike.com se trompait. Je sais, je fais naïf, là.

Bonne journée à vous !

Motius

 

PS : j’ai le point Godwin du jour !

PPS : oulà ! Plus long que je croyais cet article.

 

Présidentielle US

Bonjour tout le monde !

Vous lisez le titre et je vous entends déjà hurler « quoi ? qu’est-ce qu’il a fumé ? c’est dans un an et demi ! », « Mouais la politique on s’en fout un peu sur un blog de geeks, surtout aux États-Unis »

En fait je voulais simplement linker vers un AMA (ask me anything) de reddit. Larry (Lawrence) Lessig et Jimmy Wales ont répondu à des questions intéressante. C’est toujours sympa (à mon avis) de les écouter parce que Larry a bosssé sur les Creatives Commons (toutes les licences CC-BY-SA-NC, etc… que vous voyez sur des images sur internet) et Jimmy est le cofondateur de Wikipédia.

L’actualité ici, c’est que Larry se présentera à la présidentielle US s’il obtient 1 million de dollars grâce à la campagne de crowd-funding qu’il a lancé.

En fait Larry a fait une promesse : il doit accomplir une mission pendant son mandat et démissionnera après, laissant la place au vice-président : réformer le financement des campagnes.

L’argumentaire développé par Lessig est qu’après cela, les américains pourront enfin partir d’un bon pied pour résoudre pas mal de problèmes aux US.

À bientôt !

Motius

PS : oui, ça été dur de ne pas troller sur Trump 😉

Twitter bloque Politwoops….

Bonjour à tous,

je ne sais pas si vous connaissez Politwoops le site qui recense les tweets des personnalités publiques ? La Sunlight Foundation en est à l’origine d’abord aux États-Unis puis a essaimé dans une trentaine de pays. Le site web utilisait une API permettant de sauvegarder les données publiquement accessible du touitte : date, contenu, géolocalisation si fournie, et éventuellement la date de suppression.

Eh bien le 24 août 2015 Politwoops a indiqué que Twitter leur avait bloqué l’accès à cette API permettant de récupérer les touittes automatiquement. La raison invoquée par Twitter est la non conformité de Politwoops avec la licence de l’API.

En effet Twitter permet un « droit à l’oubli » à ses adhérents. Et selon lui, la conservation des touittes par Politwoops n’est pas conforme.

À mon avis, il y a là plusieurs erreurs de raisonnement.

  • Premièrement, les touittes archivés étaient ceux de personnages publics, et non de Monsieur tout le monde, et leurs faits et gestes influent directement sur la manière dont nous nous gouvernons.
  • Deuxièmement, supprimer un touitte de son fil revient à se dédire, par contre empêcher le droit de citation en rendant l’action de citer difficile n’est pas un grand progrès pour le débat. Il est en outre possible de faire une capture de son écran, ce qui en termes de citation est identique, mais pas aussi facile à automatiser.
  • Troisièmement d’un point de vue historique conserver la donnée est toujours une bonne chose. Le numérique devrait faciliter le travail des historiens et permettre l’écriture d’une Histoire plus complète, plutôt que lacunaire.

Sur cette nouvelle un peu ancienne, je vous souhaite une bonne journée. N’hésitez pas à commenter/donner votre avis !

Motius