Git recall

Si vous développez, contribuez, travaillez en groupe ou tout simplement suivez l’évolution du développement d’un programme, vous devez sûrement connaître l’outil de versionnage Git. Cet outil développé par Linus Torvalds lui-même est une référence pour la gestion de projet technique, ce que soit pour un projet personnel ou en équipe. Git permet de tracer l’évolution de son code, structurer les fronts de développement et de pouvoir revenir à n’importe quelle version passée.

Bon, si vous ne connaissez pas Git, cette news vous est inutile, à part pour vous présenter cette outil qui a de grande chances de vous être très utile. Si vous utilisez Git, vous connaissez donc ce besoin de vérifier rapidement les dernières évolution du code, par vous-même ou par vos collaborateurs. Ils vous est possible d’en avoir une vue via la commande git log, un peu fastidieuse à utiliser si vous voulez filtrer ce que vous voulez voir.

Vous avez également une autre possibilité de le faire, de manière interactive et avec des option faciles et minimalistes pour vous aider à faire le tri. Il s’agit de la commande git recall qui s’installe sous la forme d’un simple script à installer. Vous pouvez alors préciser le nombre de jours dans lesquels vous souhaitez faire votre recherche, préciser l’auteur des commits qui vous intéressent, puis naviguer interactivement dans la liste des commits afin d’afficher des différentiels.

J’espère que cela vous sera utile.

[Express] Internet en France

Hier, François a vaillamment avoué qu’il avait été à l’origine le l’arrivée d’Internet en France. On l’applaudit bien fort. Franchement, il nous a bien été utile, non ? Sans lui, y aurait pas Hashtagueule par exemple. On s’ennuierait beaucoup plus, c’est moi qui vous le dit.

Alors la moindre des choses, c’est de le remercier. Je vous invite tous à le faire en lui envoyant un gentil courriel (parce que oui, du coup c’est grâce à lui les courriels) contenant vos éloges, vos plus beaux poèmes en son honneur ainsi qu’une rédaction portant sur votre journée parfaite en compagnie de François Fillon, minimum 500 mots.

P.S. : à quand des candidats politiques compétents ?

Less is more, partie 1.5 : Encore une chose

Quand vous vous préparez probablement à passer un joyer réveillon de Noël, je suis là à écrire pour votre bon plaisir. Appréciez svp.

Pour la suite de cette série d’articles sur l’épuration de votre bureau, j’avais prévu de passer à la présentation d’outils courants pour les tâches quotidiennes, mais en continuant ma propre configuration de bureau, je me suis rendu compte qu’il y avais pas mal de choses à ajouter par rapport au dernier article. En tout cas, trop de choses pour essayer de les bourrer dans un coin de marge.

Continuer la lecture de Less is more, partie 1.5 : Encore une chose

Less is more, partie 1 : la base

Bonjour à tous

Allez, on va dire que vous n’avez pas remarqué les quelques semaines mois de silence de notre part, je pourrais encore me ressortir des excuses moisies, mais je l’ai déjà fait dans quelques articles précédents. J’espère donc que vous ne m’en voudrez pas si je m’épargne cette peine.

Beaucoup de choses se sont passées dans l’actualité. Entre l’avènement du porte moumoute américain et le décret du vilain Cazeneuve sur le fichage de l’ensemble des français, les occasions de faire couler de l’encre n’ont pas manqué. Mais bon, je ne vais pas vous en parler ici. Pas encore, du moins.

Continuer la lecture de Less is more, partie 1 : la base

Édito #8 : C’est la rentrée

Aujourd’hui, Hashtagueule fait sa rentrée. On ne vous avait pas annoncé de période de pause, mais c’est ainsi. On aurait peut-être du, cela dit, à vrai dire on avait pas trop prévu de faire un break, mais bon, vous savez ce que c’est, on fait des trucs, on bricole des machins, et finalement on perd un peu le blog de vue. C’est pas dramatique et c’est finalement tout ce qu’il y a de plus normal, et puis de toute façon, maintenant c’est fait.

Vous avez passé de bonnes vacances ? J’espère pour vous que vous avez un peu pris l’air et que vous êtes fin prêt à commencer une nouvelle année de travail du bon pied (quand j’y pense, c’est le genre de phrase que l’on peut sortir au moins deux fois par an, en janvier et en septembre).

En ce qui me concerne, et bien j’ai continué à travailler pendant l’été (stage, m’voyez), et je sais que c’est aussi le cas de motius, qui vous a publié récemment un article au sujet de l’une de ses missions. Finalement, depuis hier j’ai finalement pu clore ce chapitre et prendre de vraies vacances… pendant environ 5 jours. Mais attention, quand je parle de vraies vacances, j’entends une période de grâce pendant laquelle on attend absolument rien de moi et où je n’ai rien d’autre à faire que ce qu’il me plaît. Et ça, même pour 5 jours, c’est vraiment le pied, croyez-moi. Même si ça se passe dans la maison familiale, ce qui est une très bonne chose en soi, sauf que le débit y est plus que pourri, enfin, il s’agit d’un moindre mal.

Sinon, en parallèle, j’ai pris des weekends, je suis allé à quelques conventions, notamment ma première Japan Expo en juillet avec des amis, expérience qu’il faudra absolument renouveler.

Je me suis également bricolé un serveur pour chez moi. Enfin, ici, bricoler, ça veut dire prendre une tour de bureau d’occase que j’ai acheté à un ami pour une bouchée de pain (moins cher qu’un Raspberry Pi, c’est dire) ainsi que 16 Go de RAM et 3 disques de 3 To pour un RAID 5 (ça c’était un peu plus cher). L’habitude et la voix de la raison me poussaient à y installer Debian, histoire d’avoir une base sage et rock-solid, mais un excès de zèle et de goût du risque m’a finalement décidé d’y  mettre Arch Linux, ma petite distribution chérie, ce qui m’a fait gagner, contre toute attente, beaucoup de confiance en moi et d’adrénaline (et bien sûr tout un tas de paquets à jour). Je me suis également décidé à prendre le taureau par les cornes, tant qu’à faire, et je me suis lancé dans la virtualisation, une technique qui m’a longtemps effrayé jusqu’à présent et que je tentais d’ignorer avec toute la force de mon esprit bare-metal. Enfin bon, ce sera décrit dans un article à venir. Je songe ainsi à migrer une grande partie de mes services personnels sur cet hôte, comme les mails, les proxy IRC, enfn ce genre de chose. Et pourquoi pas migrer Hashtagueule ? Quand on y réfléchit, ce serveur tel que je l’ai amélioré est meilleur que celui que je loue actuellement, tout ce qui me manque, c’est du bon débit…

Suite à du ménage dans un des datacentres du boulot, j’ai hérité d’un vieux Soekris net5501, un ordinateur monocarte avec plein de RJ-45. Le bidule était utilisé en production et pas mis à jour depuis un bon bout de temps. Va donc falloir que je m’en occupe (avec une console série, sinon c’est pas marrant) et décider de ce que je vais en faire, probablement une passerelle, duh, ça me permettra de manipuler de l’OpenBSD et ça me rappellera le bon vieux temps.

Nous sommes de retour, nous sommes détendus, reposés, nous avons le moral bon, la volonté d’acier et le pelage soyeux. Bon retour chez les Gentils.

Premier anniversaire d’Hashtagueule

Comme en témoigne notre gentil registrar et son invitation à remettre la main au portefeuille pour renouveler le domaine, Hashtagueule a atteint sa première année d’existence (enfin un an plus un jour, la date étant fixée aux 6 août). Pile un an donc, ou presque, que j’ai fait cet achat compulsif et à priori insensé de ce nom de domaine, comme hélas j’en ai désormais l’habitude…

Continuer la lecture de Premier anniversaire d’Hashtagueule

StartCom contre attaque

Depuis l’ouverture de l’autorité de certification Let’s Encrypt en décembre dernier, que de joie et d’allégresse ont été répandues en célébration de cette facilité nouvelle pour créer ses certificats. Tous les sysadmins amateurs, y compris nous, ont migré vers ce service qui permettait, une fois configuré, de ne plus se soucier d’une corvée que la validation de certificats impose d’habitude.

Continuer la lecture de StartCom contre attaque

Pas de panique, c'est nous les gentils.